Je ferme les yeux pour couvrir l'obscurité

Éditeur PUQ
Collection : Jardin de givre
Paru le
Papier ISBN: 9782760544024 Pas en stock.
Sur commande : Délai de 5 à 14 jours ouvrables
Numérique - Epub Protection: filigrane ISBN: 9782760544048
Numérique - PDF Protection: filigrane ISBN: 9782760544031

Il y a si peu de livres traduits en français venus du Groenland que le lecteur - par ailleurs peut-être déjà familier avec les oeuvres écrites par des étrangers sur ce pays et l'esprit rempli des images de pureté, de grandeur, de blancheur et de froid qu'ils ont véhiculées - se trouvera décontenancé en--- lisant ce petit recueil de nouvelles. Il aura l'impression d'entrer dans un monde jusqu'à ce jour occulté, loin des paysages grandioses dans lesquels des personnages se perdent dans les glaces et meurent de faim et de froid. Lorsqu'il fermera ce livre, le lecteur mesurera la distance qui sépare «l'imaginaire du Nord et de l'Arctique», construit depuis des siècles par les cultures européennes et nord-américaines, et les propos urgents et désespérants de cet écrivain groenlandais sur son pays, propos rongés de pensées noires, de haine, de révolte et d'un profond désarroi moral et social. Avec une introduction et une chronologie de Daniel Chartier, titulaire de la Chaire de recherche sur l'imaginaire du Nord, de l'hiver et de l'Arctique et professeur à l'Université du Québec à Montréal. Traduction du danois par Inès Jorgensen et validation linguistique à partir du texte original groenlandais par Jean-Michel Huctin.

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Keven Isabel, librairie A à Z

    La collection « Jardin de Givre » poursuit son exploration littéraire du nord et nous offre cette fois un recueil nous provenant du Groenland. À travers des fragments de vie quotidienne d’un réalisme noir, l’écriture tourmentée de l’auteur fascine. Les personnages, en quête d’une porte de sortie temporaire ou ayant déjà la gueule de bois, témoignent d’un désir de révolte presque toujours noyé par la présence invasive de l’homme scandinave et la violence de l’hiver. Ici et là teinté d’un ancien mysticisme inuit et d’un imaginaire perdu dans la vie urbaine, Je ferme les yeux pour couvrir l’obscurité pose un regard nécessaire sur la vie des peuples autochtones, le colonialisme et la langue en péril qui saura captiver le lecteur curieux qui s’y plongera.

Les libraires vous invitent à consulter

Faire parler le givre

Par publié le

Dans son édition du 1er février dernier, la revue Les libraires consacrait son dossier aux littératures autochtones. Dans l'optique de continuer la réflexion sur le sujet, l'équipe de Les libraires et celle de la Fabrique culturelle ont réalisé une entrevue avec Daniel Chartier, le directeur de "Jardin de givre", collection qui porte sur l’imaginaire nordique québécois et circumpolaire, aux Presses de l'Université du Québec. C'est lors du lancement de trois nouvelles oeuvres de cette collection

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres